L’art du laisser vivre : en êtes-vous capable?

Tous les évènements qui surviennent dans notre vie influente la façon d’agir, de ressentir et de penser. Ces expériences, bonnes ou mauvaises, ont le pouvoir de nous transformer. C’est le cas des choses du passé, ils justifient parfois les décisions que nous prenons actuellement. Même si les souvenirs sont enracinés dans une expérience négative, ils blanchissent nos actions présentes. La première étape à franchir pour pouvoir lâcher prise est de reconnaitre que ce comportement est malsain et qu’il nous empêche de vivre une vie heureuse.

Accepter le passé pour mieux avancer

Accepter le passé pour mieux avancer

La vie est synonyme de souffrance comme l’a dit Bouddha. Chaque être humain passe par une étape douloureuse, sous forme psychologique ou physique. Le deuil, les ruptures, la maladie et le licenciement font partie des expériences qui nous façonnent. Il est impossible d’y échapper.

Ce que nous pouvons faire c’est l’importance que nous accordons à ce type d’évènement. En adoptant une attitude optimiste, nous verrons ses problèmes comme une source d’apprentissage afin d’avancer. Cette manière de pensée signifie accepter ce qui est et de s’en servir comme moteur. Inutile de porter ce lourd fardeau négatif jusqu’à la mort.

Chaque moment représente une opportunité pour se recréer et se débarrasser définitivement des fardeaux du passé. Tous les jours, nous avons la possibilité d’agir pour créer un avenir épanouissant.

Ne porter pas d’importance au sentiment de malheur

Ne porter pas d’importance au sentiment de malheur

Les émotions négatives sont occasionnelles, mais elles ont tendance à perturber notre quotidien. Bien évidemment, nous pouvons attendre qu’elles disparaissent naturellement. Mais lorsque nous flirtons avec ce malheur, cela comporte certains effets secondaires. En fait, ces ondes négatives peuvent prolonger la durée des pensées négatives.

Les psychologues étudient cette situation et la théorie « se plaindre pour alléger sa souffrance » semble n’avoir aucun effet. La plainte répétée et sans réponse transforme en victime de la vie. De plus, le malheur se nourrit de lui-même. Ainsi, lorsque nous nous abandonnons à un sentiment malheureux, cela laisse petit à petit à une émotion négative ponctuelle.

Nous nous sentons constamment malheureux avec des visions négatives qui durent. Au final, nous nous exposons à une dépression avec une humeur triste au quotidien.

Prendre la bonne décision en prenant du recul

Prendre la bonne décision en prenant du recul

Après avoir accepté la situation, il faut lâcher prise et se libérer. Cet état d’esprit signifie le fait d’accepter que nous ayons laissé tomber les douleurs du passé. Acceptez tout ce que nous avons en main et les possibilités qui s’ouvrent devant nous afin de trouver la force de faire face aux changements.

Quelques fois, il faut commencer par prendre du recul pour mieux clarifier la situation. Il suffit de faire une pause et d’explorer autre chose. Avec une vision plus détachée, vous pouvez reprendre et revenir au point de départ. La vie apparait sous un autre éclairage bien différent. Nous pouvons prendre n’importe quelle décision sans aucun problème.

Savourer les bons moments de la vie

Savourer les bons moments de la vie

La meilleure arme contre le malheur est de profiter des bons moments que nous offre la vie. N’hésitez pas à intensifier, densifier le bien-être lorsqu’il se présente. C’est l’unique vaccin contre les sentiments négatifs. Inutile d’attendre que l’adversité nous rappelle que la vie est belle et pour regretter de ne pas en avoir mieux profiter !

L’instant présent est la chose la plus importante que nous ayons. Lorsque nous lâchons prise, cela nécessite que nous devions être très attentifs au présent afin de profiter de chaque instant. C’est ainsi que nous réussirons à apaiser le bruit dans notre esprit et laisser place à notre intuition. D’ailleurs, il est temps d’être simplement dans le moment présent une fois que vous avez relaté ce qui a été et a réfléchi sur ce qui va arriver dans le futur.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire