3 clés pour réussir à gérer sa colère face à son enfant

Parfois lorsque la fatigue s’accumule, vous avez tendance à vous emporter et le ton monte à la maison. Certes, au début, ce geste défoule totalement, mais au final vous vous sentirez mal dans votre peau. Sachez que la parentalité positive est une philosophie qui favorise la confiance en soi et l’autonomie chez les enfants. Voici … astuce pour tenter de gérer sa famille dans la sérénité et devenir une maman zen.

Garder son calme

Garder son calme

Lorsqu’une maman est calme, l’enfant adopte ce même tempérament en retour. Si vous souhaitez lui apporté la sérénité, sachez que vous êtes le premier exemple dont l’enfant prend exemple. Vous ne pourrez jamais exiger à votre petit toutes les choses dont vous êtes incapable de réaliser. L’un des besoins naturels des enfants pour qu’ils se sentent en sécurité c’est de vous admirer. Quand vous êtes stressé, harassée, vous n’avez pas la patience et le temps de leurs donner de l’attention. De leurs côtés, ils sont aussi en quête de repères et au final, ils sont fatigués, agités de la situation.

Le tranquillité est une chose qui s’apprend et se cultive au quotidien. Mais, le fait de pratiquer le calme ne signifie pas mimer l’impassibilité ou se couper définitivement de ses émotions. Être calme c’est un appel à un retour à soi. C’est une sorte d’invitation à se questionner en profondeur.

Posez-vous les questions comme : « Qu’est-ce qui me met hors de moi quand mon enfant est insolent ou obstiné ? » et «  Pourquoi ai-je l’impression de devoir crier pour être entendue ? ». Ainsi, quand votre enfant est énervé, montrez quelques gestes mesurés en ralentissant les mouvements. Apaisez vos pensées et laissez-le pénétrer dans votre bulle de sérénité.

Baisser le ton de votre voix

Baisser le ton de votre voix

Quand vous sentez que le ton monte en vous et que vous êtes sur le point de crier, prenez une grande respiration profonde et essayez de baisser le ton pour éviter l’escalade des paroles. Cela permet de calmer l’escalade du niveau stress chez vous et votre petit. Le fait de crier ne vous aidera pas. Au lieu de hurler, diminuez le volume de votre voix et changez de registre de voix. Baisez-vous à sa hauteur et regardez-le face à face dans les yeux.

N’hésitez pas à lui montriez votre détermination et que vous n’êtes pas en train de plaisanter. Si vous avez tendance à crier pour obtenir ce que vous désirez, votre enfant vous imitera certainement. Au cas contraire, votre petit apprendra lui aussi à se comporter calmement même lors des situations difficiles. De cette manière, vous diminuerez tout le stress de la famille.

Pratiquer une fermeté sereine

Pratiquer une fermeté sereine

Quand votre enfant est âgé de 18 mois à 3 ans, il entre dans une période d’opposition. Cette étape de leur vie est qualifiée comme une phase de « pré-adolescence » du bébé. Cette partie de la vie met à rude épreuve les nerfs des parents. Et personne ne peut en échapper. Il dit souvent « non », se révolte contre les règles que vous imposez, crie et fait toujours des bêtises qui vous contrarient. En fait, il teste l’autorité représentée par les parents ainsi que la réalité des choses. En même temps, il découvre ses propres besoins et envies.

Il impose donc sa volonté en devenant rebelle et entêté vis-à-vis de ses parents jusqu’à ce que ces derniers accèdent à une colère terrible. Comme il n’a pas encore la capacité de contrôler ses sentiments, ils les expriment parfois violemment.

Pour éviter ce malheur, vous devez instaurer des règles de vie et des rituels en montrant une attention pour qu’ils les comprennent. Inutile de renter dans une bataille où la terreur, les menaces, la violence règnent. Vous obtiendrez des résultats, certes, mais à court terme, basés plutôt sur la peur et non sur la compréhension.

Votre enfant a besoin, durant cette phase, d’être compris et rassuré, car c’est aussi un moment difficile pour lui aussi. Pour ce faire, attendez la fin de sa colère, montrez-lui que vous le comprenez, soyez gentil, mais ferme et faites attention aux vocabulaires que vous employez.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire